Mali : Un an après après le déclenchement de la crise, la Croix-Rouge malienne maintient le cap

Par Moustapha Diallo, FICR

Il y a quelques mois, plusieurs organisations humanitaires avaient suspendu leurs activités dans le nord du mali, quand les grandes villes comme Gao, Tombouctou et Kidal, etaient encore sous le contrôle des insurgés. Seule la Croix-Rouge malienne, avec le soutien des partenaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, et quelques rares organisations, bravaient le danger pour apporter une assistance salvatrice aux milliers de personnes en détresse restées au nord, mais également à ceux qui etaient contraints de quitter leurs foyers à la recherche d’endroits plus paisibles au centre et au sud du Pays.

A Mopti, au centre du Mali, où plus de 40,000 personnes ont trouvé refuge, la Croix-Rouge malienne a été le chef de file des opérations humanitaires.

« Nous étions dépassés par l’arrivée soudaine et massive des populations fuyant le nord. Les rues etaient bondées de monde » explique Moumouni Damango, président régional du comité de crise à Mopti « La Croix-Rouge malienne a été la première organisation humanitaire à venir nos côtés pour apporter son expérience et son soutien »

Aux premières heures de la crise, des centaines de volontaires ont été mobilisés, pour fournir les premiers soins aux populations et évacué les malades vers les structures de santé. Ils ont travaillé sans relâche, pour accueillir les déplacés, les reconforter et les fournir des abris dans les écoles et autres batiments administratifs.

Vu la dégradation des installations sanitaires et la précarité des conditions d’hygiène du fait du surpeuplement dans les lieux d’accueil, les volontaires ont été aussi mobilisés pour sensibiliser les populations sur les bonnes pratiques d’hygiène, fournir de l’eau potable et organiser des séances de démonstration sur le traitement de l’eau.

« Les déplacés représentent maintenant plus de 7,5% de la population de Mopti. Imaginez donc la pression en termes de besoins en eau et en latrines » souligne Dr Mahamane Koumaré, Directeur régional de la Santé à Mopti « Heureusement, grâce à la Croix-Rouge, la prévention a porté ses fruits. Nous n’avons pas enregistré un seul cas de choléra, dans une région où il est pourtant endémique »

Depuis l’éclatement de la crise, la Croix-Rouge malienne, avec l’appui de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), du Comité International de la Croix-Rouge, de certains partenaires du mouvement Croix-Rouge et Croissant-Rouge et d’autres organisations, a distribué des centaines de tonnes de vivres aux populations déplacées et aux familles d’accueil. Des articles de première nécessité comprenant des tentes, des bâches, des moustiques imprégnées, du savon, des assortiments de cuisine ont été egalement distribués.

Et maintenant, un an après l’éclatement de la crise qui a vu des milliers de personnes contraintes de fuir leurs maisons,  la Croix-Rouge malienne a maintenu le cap.

Les besoins des populations déplacées et des familles d’accueil restent énormes. Les conditions de vie sont très précaires. Bon nombre de ces personnes déplacées sont encore traumatisées par ce qu’elles ont vu et attendent de meilleures garanties de sécurité avant de rentrer.

Pour celles qui veulent amorcer le pas, le chemin du retour est encore parsemé d’embûches. Sans l’assistance des agences humanitaires comme la Croix-Rouge et les nations-unies, il leur sera difficile de rentrer et de reconstruire leurs vies dans des villages qu’ils ont quitté.

Des plans sont en cours pour assurer que l’aide est là quand les gens rentrent. La Croix-Rouge malienne a récemment mené une évaluation pour déterminer les besoins des populations. Selon les indications, elles auront besoin de tout: les abris,  l’eau, la nourriture, les soins de santé, la restauration de leurs moyens de subsistance. « Un des nouveaux axes de notre intervention va consister a mettre en place un programme d’assistance et d’accompagnement aux populations retournées dans le nord » explique Mamadou Traoré, Secrétaire Général de la Croix-Rouge malienne, « Pour y parvenir, nous avons besoin de l’appui de tous ; les besoins sont tellement immenses qu’il est impossible d’y répondre seul»

(Article lu 213 fois)

Previous Mali : entre espoir et craintes d’un retour, l’hypothétique sort des déplacés de Sévaré
Next Partenariat et gestion déléguée de projets : La CRM et la CRB passent à l’évaluation

You might also like

Actualité

Randgold donne 60 tonnes de vivres à la Croix-Rouge Malienne

La société minière  Rangold Ressources a officiellement remis jeudi un don de 60 tonnes de riz à la Croix-Rouge malienne en  faveur des populations du Nord du Mali. C’est la

Actualité

Bilan2013 –Plan opérationnel 2014 : la Croix-Rouge Malienne passe en revue ses activités

Le personnel de la Croix-Rouge malienne était en conclave les 13  et 14 février 2014 dans la salle de conférence de l’Institut National de Formation socio-sanitaire (INFSS-CRM), pour la revue

Nos activités

La Croix-Rouge Malienne hôte de la formation de l’équipe régionale de réponse aux catastrophes

Du 14 au 23 août 2017 se tient à Bamako au Mali la formation de l’équipe régionale de réponse aux catastrophes(RDRT) avec la participation de quinze(15) sociétés nationales(SN) avec des

Actualité

Fin de mission de la déléguée Elise BJERKRHEIM

Une sympathique cérémonie de remerciements et d’au revoir a été organisée le vendredi  14 Mars 2014 par la Croix-Rouge Malienne (CRM) pour Elise BJERKRHEIM déléguée urgence  de la Croix-Rouge  Danoise

Actualité

La Croix-Rouge Malienne vole au secours des sinistrés de Bankass

La Croix-Rouge Malienne(CRM) avec l’appui financier du  Croissant-Rouge des Emirats Arabe Unis a procédé à une assistance dans le cercle de Bankass (Région de Mopti) entre le 15 et le

Actualité

Lutte contre EBOLA : La Croix-Rouge malienne dote certaines mosquées et écoles en kits d’hygiène

Le Jeudi 29 Janvier 2015, la Croix-Rouge malienne s’est lancée dans une opération de renforcement des mesures préventives de lutte contre la maladie à Virus EBOLA. C’est dans ce cadre